Vie locale

Publié le lundi 30 avril 2018

La métropole nantaise compte 13 694 hectares de surface agricole exploitée pour 16 activités agricoles différentes. Mauves-sur-Loire se place d’ailleurs en 2e position en termes de diversité d’activités sur un même territoire. Grâce à l’état des lieux* de l’agriculture dans la métropole, réalisé par Nantes Métropole, Les Dits de Mauves vous propose un focus sur le territoire malvien.

 

En 2016, la surface agricole exploitée sur la commune de Mauves-sur-Loire est de 552 hectares, soit 37% de la surface totale communale. On dénombre 11 sièges d’exploitation et 10 productions différentes sur la commune. Mauves-sur-Loire est marquée par une des diversités de production les plus élevées du territoire métropolitain. L’élevage bovin est majoritaire en nombre de sièges d’exploitation (2 bovin lait, 2 bovin viande), ainsi qu’en surface (465 hectares).

L’activité agricole génère 49 emplois sur la commune et 36 équivalents temps plein (ETP). L’horticulture, l’élevage bovin lait et le maraîchage sont les trois activités qui génèrent le plus d’emplois (24, 11 et 9), avec respectivement une proportion nettement supérieure d’emplois saisonniers/ponctuels pour l’activité horticole (la moitié) et le maraîchage (un tiers), et une part égale d’emplois saisonniers/ponctuels et d’emplois non salariés (chefs d’exploitation) pour l’élevage bovin.

Parmi les 11 exploitations recensées sur la commune, 4 commercialisent leur production via des circuits courts, c’est-à-dire avec un seul intermédiaire au maximum entre le producteur et le consommateur. Ce mode de fonctionnement va d’ailleurs de pair avec le Projet alimentaire territorial, une stratégie présentée au dernier conseil métropolitain visant à agir sur certains axes tels que : l’augmentation des produits locaux, sous un label de qualité, dans la restauration collective, la préservation du foncier pour la production alimentaire, l’expérimentation de l’agriculture urbaine ou encore l’implication des habitants dans la gouvernance alimentaire territoriale.

Claudine Chevallereau tient également à souligner que « le futur Plan Local d’Urbanisme Métropolitain (PLUm), qui entrera en vigueur au cours du premier trimsestre 2019, preservera les terres agricoles malviennes comme cela a été souhaité par les 30 participants aux ateliers du PLUm en 2016 et 2017 ».

Partager cette page sur :